L'héroïsme des discothèques - Le billet de Frédéric Beigbeder